plane.png

Ryanair a demandé aujourd’hui (mercredi 12 janvier) à la Commission européenne d’ignorer les fausses allégations de Lufthansa concernant l’exploitation de “vols fantômes” afin de pouvoir “bloquer” leurs créneaux et se protéger de la concurrence des compagnies aériennes à bas prix. La solution est simple, Lufthansa devrait vendre les sièges sur ces vols à bas prix et récompenser les consommateurs de l’UE, dont beaucoup ont financé les 12 milliards d’euros d’aides d’État que Lufthansa et ses filiales en Belgique, en Autriche et en Suisse ont déjà reçues de personnes en difficulté.

Lufthansa se plaint des “vols fantômes”, non pas par souci d’environnement, mais plutôt pour pouvoir économiser davantage le régime des créneaux afin de protéger leurs créneaux, qu’ils n’utilisent pas, tout en éliminant la concurrence et le choix des consommateurs.

Le PDG du groupe Ryanair, Michael O’Leary, a déclaré :

« La solution au problème des « vols fantômes » de Lufthansa est simple : il suffit de vendre ces sièges aux consommateurs. Si Lufthansa a vraiment besoin d’opérer ces vols (uniquement pour empêcher la libération de ces créneaux aux compagnies aériennes concurrentes), alors elle devrait être obligée de vendre ces sièges au public à bas prix. Les citoyens allemands et européens ont déjà renfloué Lufthansa avec des milliards d’aides d’État à Lufthansa et à leurs filiales, Brussels Airlines, Swiss et Austrian, et au lieu d’exploiter des vols à vide juste pour pouvoir bloquer des créneaux, Lufthansa devrait libérer les sièges sur ces vols pour vente à petits prix pour récompenser les contribuables allemands et européens qui l’ont subventionnée à coups de milliards d’euros pendant la crise du Covid.

Lufthansa adore pleurer des larmes de crocodile sur l’environnement lorsqu’elle fait tout son possible pour protéger ses créneaux horaires. Les créneaux horaires bloquent la concurrence et limitent le choix dans les grands aéroports comme Francfort, Bruxelles Zaventem, Vienne, entre autres. Si Lufthansa ne veut pas opérer de « vols fantômes » pour protéger ses créneaux, vendez simplement ces sièges à bas prix et contribuez à accélérer la reprise des voyages aériens court et long-courriers vers et depuis l’Europe.

Entre-temps, Ryanair demande à nouveau à la Commission européenne d’obliger Lufthansa et d’autres compagnies aériennes subventionnées par l’État à libérer des créneaux qu’elles ne souhaitent pas utiliser, afin que les GHOSTBUSTERS à bas prix comme Ryanair, entre autres, puissent offrir du choix, de la concurrence et des tarifs plus bas. dans ces aéroports pivots. L’UE devrait ignorer les affirmations fallacieuses de Lufthansa sur les “vols fantômes” alors que la solution est simple – vendez les sièges sur ces vols et ils n’auront alors plus besoin d’avoir “peur des vols sans fantômes”.

A lire également